Bénin - Production de coton bio

Contexte 

La population qui habite près des deux parcs nationaux de la Pendjari et du « W » souffre d’une grande pauvreté. L’une de ses principales activités économiques est la culture traditionnelle du coton qui est interdite par le gouvernement. Cette forme d’agriculture implique effectivement l’implantation de monocultures, l’utilisation massive de pesticides et d’engrais ainsi qu'une consommation importante d’eau. Elle est donc particulièrement néfaste non seulement pour la biodiversité des parcs, mais aussi pour la santé.

Helvetas souhaite à travers ce projet convertir les familles de paysans à l’agriculture biologique car elle offre une alternative durable et équitable à la culture traditionnelle de coton. En effet, le coton bio est cultivé en alternance avec du soja et du sésame (culture de rotation), et les paysans peuvent ainsi nourrir leur famille et augmenter leur revenu en vendant ces produits à la population locale. L'accès à ce marché en plein essor permettra alors d'améliorer les conditions de vie de 1450 producteurs et leur famille. De plus, l'abandon du recours à l'engrais et aux pesticides permet de préserver l'environnement (forêts, fleuve, faune) et la santé de la population.

Moyens mis en oeuvre

Pour amener les paysans à pratiquer l’agriculture biologique, l’ONG et ses partenaires de terrain misent sur 4 volets différents: 

  • augmentation de la production de coton biologique et des cultures de rotation
  • structuration et renforcement des coopératives et leur faitière
  • certification et commercialisation du coton à travers des partenariats durables
  • capitalisation des effets de l’agriculture biologique sur l’amélioration des conditions de vie des populations et la conservation de l’environnement

Résultats atteints et perspectives

En 2016, la production de soja et de sésame biologiques a significativement augmenté, contrairement à celle du coton qui n’a pas atteint les objectifs fixés. L’arrivée d’un nouveau gouvernement a bouleversé le contexte institutionnel de la filière du coton. Nationalisée en 2014, elle a été récemment à nouveau privatisée. Représentant peu d’intérêt auprès des acheteurs du secteur privé, le micromarché du biologique peine à trouver sa place au sein du Bénin et des pays voisins. Un important travail de plaidoyer est demandé aux partenaires afin d’assurer la commercialisation du coton biologique.

L’association a donc pris la décision de se concentrer sur d’autres cultures que le seul coton à partir de 2017. En effet, le projet a démontré tout le potentiel de l’agriculture biologique dans la région pour lutter contre la pauvreté et améliorer la sécurité alimentaire, tout en préservant l’environnement.

En bref

Organisation:
Helvetas
Pays:
Bénin
Lieu:
Réserves naturelles de la Pendjari et du W
Durée du projet:
2015-2017
Bénéficiaires:
1450 productrices et producteurs et leurs familles (5'000 personnes)
Partenaire local:
UPC Bio, UAVIGREF, AFVA, OBEPAB
Thèmes:
agriculture, génération de revenus & environnement
Coût total du projet:
CHF 202'000 (2016)
Montant accordé:
CHF 73'658 (2016)

Ce projet d’Helvetas au Bénin a bénéficié, en 2016, du soutien du Département de l’économie et des sports (DECS) ainsi que de Lausanne par l’intermédiaire de la FEDEVACO.